Publié dans Coup de coeur

Lettre ouverte & riposte

Deux initiatives que je souhaite partager : l’excellente lettre ouverte d’une enseignante ainsi qu’une initiative de l’AFEF pour une riposte unitaire.

– LETTRE OUVERTE –

Elle est signée Isabelle Martinez (PE) et destinée au Président, au Premier Ministre et à notre ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanq… euh … non … pardon, vieux réflexe ! Je voulais bien évidemment parler de Pap N’… non, non plus ! Alors serait-ce le prometteur Gabriel ? … oups … toujours pas … Attendez, je me concentre : Amélie Oudéa-Castéra. Quoi, que me dites-vous ? Nicole qui ? Belloubet ? Ainsi soit-il ! Visiblement, la pénurie de remplaçants ne touche pas les plus hautes sphères de l’État…

Blague à part, je trouve ce courrier parfait. Je vous invite donc à le lire, à le partager et à espérer tout autant que moi une réponse à la hauteur. Comme l’a dit Monsieur le Premier ministre lors de sa venue en Haute Garonne pour les agriculteurs :

« On est un pays où on est toujours capable de se parler, de se dire les choses, de se les dire clairement, de se les dire franchement et je le dis il n’y a que comme ça qu’on peut sortir de situations de tensions, c’est par le dialogue ». G.Attal – 26/01/2024 (extrait vidéo)

Je n’ai donc qu’une chose à dire : à lui de jouer …

👉 Lire la lettre

Extraits choisis

Nos souffrances, nos blessures, nos humiliations, nos frustrations non pas dues à nos élèves, aux familles comme vous voulez le faire croire mais dues au mépris de nos dirigeants d’aujourd’hui et au manque de moyens.

Isabelle Martinez



Nous pouvons être votre caution morale jusqu’à un certain point mais personne n’est dupe, vous créez une monde violent et clivant et vous souhaitez que nous compensions cela par des leçons de morale.

Isabelle Martinez


Nous ne sommes pas pauvres, nous avons des vacances, nous avons notre envie, notre équipe, nos loisirs…mais pourquoi finit-on parfois sa journée en pleurant même après des années d’expérience ? Pourquoi n’a-t-on pas de médecine du travail ? Pourquoi ne dort-on pas la nuit car les difficultés d’un élève vous obsèdent ? Pourquoi se forme-t-on sur son temps personnel ? Pourquoi culpabilise-t-on chaque fin d’année de ne pas avoir fini votre programme? Pourquoi notre supérieur ne nous adresse-t-il la parole que tous les 4 ou5 ans pour nous évaluer ? Pourquoi reçoit-on ses instructions des médias ? Pourquoi les priorités changent-elles tous les mois ? Pourquoi nos ministres ne nous écoutent-ils jamais et nous accusent-ils de tous les maux au lieu d’être à nos côtés dans l’intérêt collectif ?

Isabelle Martinez



Votre école inclusive est violente pour les enfants en situation de handicap, abandonnés sans soin dans un milieu parfois agressif et non adapté, violente pour les autres élèves conscients du non-respect de la qualité de soin et de vie de leurs camarades et perturbés dans leurs propres apprentissages, violente pour les enseignants qui ne sont ni formés ni compétents pour assurer un rôle de soignant, violente et mensongère pour les familles qui mettent leurs espoirs en nous et que nous décevons.

Isabelle Martinez



La société a besoin de se retrouver autour de valeurs, de partage, de projet et de vision d’avenir où chacun a sa place ; l’école fera sa part mais seule, elle ne fait pas le poids, elle se décourage et désespère…

Isabelle Martinez

– ÉCOLE EN DANGER : RIPOSTE –

Une riposte unitaire et collective dans laquelle on retrouve des enseignants, inspecteurs, syndicats, chercheurs, psychologues, personnels de l’E.N, associations…, ça vous tente ?

Bonne nouvelle : elle existe, elle est collective et peut gonfler avec votre soutien.

Extrait :

« Pour relever le défi d’une école plus égalitaire, pour former des citoyennes et des citoyens de demain éclairé·es, à même de relever les enjeux majeurs posés par les crises climatiques, démocratiques, sociales qui pèsent sur nos sociétés, une bifurcation est plus que jamais nécessaire.

Nous ne pouvons plus accepter une gouvernance autoritaire, un management violent qui augmentent la souffrance des personnels. Nous ne pouvons plus accepter l’organisation de la ségrégation des acquisitions scolaires, évinçant les élèves majoritairement issu·es des classes populaires de la maitrise des savoirs permettant de penser le monde pour le transformer. Nous ne pouvons plus accepter les manques de moyens financiers et humains participant de la dégradation du service public d’éducation.

C’est pourquoi nous appelons à une riposte, unitaire et collective.

Nous, mouvements pédagogiques et associations complémentaires de l’école, associations d’usagers·ères, organisations syndicales, chercheuses et chercheurs, actrices et acteurs de l’éducation, lançons un grand mouvement d’élaboration d’alternatives pour l’École, visant à une grande réforme pour refonder une institution éducative démocratique, humaniste, moderne. Nous appelons toutes celles et tous ceux qui ne peuvent se résigner à une école du tri social, à participer à nos travaux pour un Grenelle alternatif.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *