Publié dans Arts visuels, Découvrir le monde, Grand format

Projet pluridisciplinaire : « La naissance du monde » (cycle 3)

Pour les collègues en quête d’une idée de projet pour l’année scolaire prochaine, voici une proposition autour d’un livre formidable : « La naissance du monde en 100 épisodes » édité par Bayard Jeunesse.
Au menu : sciences, lecture, arts visuels, musique, production d’écrits(et +, si affinités !)

– ORIGINES –

Si mes souvenirs sont bons, c’est sur Twitter que j’ai découvert ce livre, par l’intermédiaire de Bruce Démaugé-Bost. Sur son site, il propose d’ailleurs un super livret questionnaire, que j’ai utilisé avec mes élèves pour ce projet. Nous y reviendrons plus tard…

– SUJET –

Je ne ferai pas meilleur résumé que celui que l’on trouve sur le site de l’éditeur, alors le voici :

Comment est né le monde ? Comment sont apparues les étoiles, les galaxies, la Terre ? Et la vie, que sait-on de ses premiers instants ? Est-elle vraiment sortie de l’eau ? Quelles espèces étranges ont parcouru les grands déserts avant que surgissent les premiers dinosaures ? Comment les humains ont-ils apprivoisé le feu, inventé le langage, découvert l’amour ?

Nourri par les découvertes scientifiques les plus récentes, Bertrand Fichou déroule le fil du temps, de la formation des premiers atomes jusqu’à l’apparition des premières civilisations. Une histoire complexe, racontée de manière claire et accessible aux enfants dès 7 ans et aux plus grands… et un sacré bout de chemin à parcourir : 14 milliards d’années en cent épisodes. C’est l’aventure de la vie, une succession de surprises, d’essais ratés, d’inventions à succès, qui ont jalonné la grande histoire de l’Évolution.

Un livre à lire à haute voix, soir après soir, comme on le faisait autrefois à la veillée, ou pourquoi pas jour après jour, en classe. Car comprendre d’où l’on vient donne encore plus de saveur à notre existence. Cette grande histoire du monde, c’est la nôtre. Partageons-la !

Site internet de Bayard Editions

– POURQUOI CE LIVRE ? –

  • Multiples exploitations pédagogiques possibles.
  • Un livre vraiment bien écrit et adapté aux enfants sur des sujets parfois complexes ! (Ma classe est composée de CE2, CM1 et CM2)
  • L’ensemble va bien au-delà de l’aspect purement scientifique de l’étude des origines du monde : il permet de prendre du recul sur nos vie d’humains et d’envisager les enjeux à venir à la lumière de nos origines et de l’Évolution.

– MON ORGANISATION –

Comme d’autres collègues, chaque année, je propose aux élèves un « projet » qui nous occupe tout au long de l’année à travers un créneau spécifique (le vendredi après-midi) mais aussi dans les créneaux d’arts visuels et de musique. D’autres moments peuvent être « réquisitionnés », notamment en français lorsqu’il s’agit de faire des exposés.
Évidemment, et je crois que nous l’écrivons à chaque fois : chacun est libre de s’organiser comme bon lui semble. L’idée de cet article et de vous donner quelques pistes et documents. Ensuite, votre génie enseignant fera le reste !

– LECTURE ET SUIVI DU LIVRE –

La lecture

Le « coeur » du projet est bien évidemment la lecture et le suivi de « La naissance du monde en 100 épisodes » . A raison d’environ 3 chapitres par vendredi, nous avons pu lire les 100 épisodes en une année scolaire.
Durant les deux premières périodes, la lecture était une lecture magistrale. A partir de la période 3, j’ai proposé aux élèves de CM de préparer, chacun leur tour, un chapitre à la maison pour une lecture à voix haute. Un chapitre était donc lu par un élève et deux autres par l’enseignant.

Le questionnaire

A l’issue des lectures, nous répondions au questionnaire élaboré par Bruce Démaugé-Bost. Sous la forme d’un livret, chaque chapitre est repris à travers 3 questions. Vous le trouverez sur son site internet, en cliquant ici.

Le panneau « projet »

Dans ma classe, un panneau de liège est consacré chaque année au suivi du projet annuel.
Pour la naissance du monde, j’ai opté pour un mur des mots et une affiche chronologique que nous remplissions au fur et à mesure des chapitres. Les illustrations sont tirées du livre.

– ARTS VISUELS –

La plupart des travaux d’arts visuels proposés aux élèves étaient rattachés au projet. Voici ce qui a été réalisé (dans l’ordre chronologique) :

Big-Bang

Après la lecture des premiers chapitres et notamment celui sur le Big-Bang, les élèves ont été invités à représenter cet évènement à leur façon, à l’aide de tout le matériel d’arts visuels dont je dispose en classe. Résultat : des œuvres très différentes.

Notans « marins »

L’idée était d’accompagner les premiers chapitres traitant de l’apparition de la vie dans les fonds marins à travers l’art du Notan. Pour en savoir plus sur les notans, je vous renvoie à cet article de La Classe.

Pour la petite anecdote, après la réalisation de nos notans « marins » une élève m’a proposé de faire un notan « terrestre » sur son temps libre. J’ai trouvé l’idée excellente ! Voici sa proposition :

Dinosaures en noir et blanc

Pour accompagner la lecture des chapitres sur les dinosaures, nous avons dû mêler arts visuels et géométrie pour la préparation du cadre et des lignes. Les silhouettes des dinosaures ont été trouvées sur le net, imprimées, découpées et détourées. L’idée provient également du net, mais je n’arrive plus à mettre la main sur le lien exact…

Dessin extensible : éruption volcanique

Le 48e épisode s’intitule « La Terre malade de ses volcans » et donne l’occasion d’une production autour des volcans.

L’évolution de l’homme à la manière de Mondrian

Le 61e chapitre nous présente les australopithèques. Les suivants enchainent avec d’autres espèces : l’occasion de détourner les différentes évolutions d’hominidés. Par groupe de 6, chaque élève s’occupait d’une espèce.

Planète Terre en mosaïque recyclée

Le dernier chapitre s’intitule « L’avenir de la Terre est entre nos mains ». L’idée était donc de représenter la Terre à partir d’une mosaïque de papiers recyclées (publicités, journaux demandés aux parents en amont).

Les deux sources d’inspirations se trouvent ici et .

D’autres idées …

– MUSIQUE –

Quelques idées de chansons :

– EXPOSÉS –

Tout au long du livre, des thèmes d’exposés peuvent être proposés aux élèves suivant votre façon de faire habituelle.
De mon côté, c’est en période 5 que j’ai proposé à mes élèves de préparer un exposé en classe, lors des créneaux de production d’écrits.
Le thème était : « être vivant du passé ». Chacun a donc travaillé (seul ou à deux) sur une espèce de son choix, rencontrée dans le livre.
Le plan était imposé :
1 – Carte d’identité (nom, taille, époque, lieu de vie…)
2 – Mode de vie (reproduction, déplacement, alimentation …)
3 – Descendance et anecdote(s)

– D’AUTRES PISTES –

Vous pourrez également trouver d’autres pistes d’exploitations pédagogiques dans cette fiche proposée par l’éditeur : https://www.bayardeducation.com/wp-content/uploads/2020/11/Fiche-pedagogique-La-Naissance-du-monde.pdf

Si vous vous lancez dans ce projet et que vous le déclinez à votre façon, venez nous en parler ! Je serai ravi d’enrichir cet article.


Article non sponsorisé, aucun lien affilié. Achetez le livre où vous le souhaitez et faites ce que vous voulez ! 😉

3 commentaires sur « Projet pluridisciplinaire : « La naissance du monde » (cycle 3) »

  1. Bonjour, c’est lors d’un P’tit Concert dans une école que j’ai entendu parler de votre site et que j’ai pu me rendre compte de la qualité des ressources que vous proposiez aux enseignants. Bravo !
    En tant qu’auteur d’une des chansons que vous recommandez sur la préhistoire, je voulais juste vous informer qu’il existe AUSSI Les femmes préhistoriques !
    Marylène Pathou-Mathis a d’ailleurs écrit « L’homme préhistorique est aussi une femme ».
    Je la joue systématiquement dans les endroits où je suis déjà passé avec Les Hommes préhistoriques mais il m’arrive désormais de le faire même si les enfants ne connaissent pas l’originale.
    Un bel été à vous et attention au… « Blouse de rentrée » !
    Zicalement

  2. Merci pour votre commentaire et pour l’information. La version femme reprend les mêmes paroles, c’est ça ?
    Promis, on fera attention au « blouse de rentrée » mais on sait qu’on se remettra facilement dans le bain … « du moins jusqu’à la Toussaint » 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.